Du M2M à l'IoT : l’évolution technologique des objets connectés

Blog

6 novembre 2019

Avez-vous déjà entendu parler de l’Internet of Things, IoT pour les connaisseurs ? Considéré comme le Web 3.0 et l’avenir d’Internet et de la technologie, il ne cesse de faire parler de lui. En vogue, il bénéficie de cette aura glamour facilement attribuée à toutes les innovations (plus ou moins) américaines. Cependant l’IoT n’est pas une invention récente mais bien au contraire, une prolongation du M2M, l’acronyme de "Machine To Machine".

L’IoT gagne en popularité dans les secteurs professionnels, particulièrement ceux de l’industrie, de la grande distribution, du transport mais aussi du médical. Sa place dans la sphère privée est encore plus immense : nous utilisons tous quotidiennement des objets connectés. Voici un article retraçant l’évolution de la relation entre les objets et Internet ainsi que la place de l’IoT dans nos sociétés.

L’arrivée de l’IoT aux côtés du M2M

Les origines de l'IoT

La naissance de l’IoT date de la fin des années 90 mais commencera à ressembler à ce que l’on connaît actuellement à partir de 2015, en partie grâce à la démocratisation d’Internet. Le Britannique Kevin Ashton eut l’idée folle de connecter des objets au réseau pour qu’ils puissent être “indépendants” face à leur environnement. Il crée le terme “Internet of Things” en 1999 et est depuis considéré comme son père fondateur.

Aujourd’hui sur le devant de la scène et désigné comme une révolution à part entière, l’Internet des objets se base en réalité sur une technologie déjà connue, le Machine To Machine. Plus couramment appelé M2M, ces systèmes de connexion objet à objet ont été oubliés au profit de l’IoT, star de l’innovation. Pourtant le M2M existe depuis bien plus longtemps et a permis à l’Internet of Things de se développer jusqu’à dominer le marché.

Le M2M & la création des objets intelligents

Les communications Machine To Machine utilisent des technologies informatiques et de télécommunications pour autoriser l’échange d’informations entre machines et l’exécution d’opérations. Le M2M représente, dès son invention dans les années 2000, une nouveauté spectaculaire puisque les machines peuvent ainsi communiquer sans intervention humaine.

Parmi les différentes communications M2M, les plus connues sont la télématique et la télémétrie. Celles-ci sont utilisées depuis le début du XXe siècle pour transmettre des données via les ondes téléphoniques et les ondes radio. A l’heure actuelle, la télématique et la télémétrie fonctionnent via des réseaux mobiles, tels que le GPRS ou l’UMTS, et des liaisons sans fils à courte distance, comme le Wi-Fi, le RFID ou le Bluetooth.

Si les objets utilisant une communication M2M sont régulièrement qualifiés “d’intelligents”, ils sont limités à des tâches spécifiques. L’IoT a permis d’ouvrir davantage de portes pour les objets connectés et le M2M continue d’être développé par des ingénieurs.

M2M & IoT, quelle(s) différence(s) ?

La différence entre le M2M et l’IoT est certainement le fait que le M2M a d’abord œuvré à inventer des objets animés et “autonomes” ne nécessitant pas une intervention humaine à chaque action. L’IoT a utilisé ces objets améliorés pour en faire des objets connectés à Internet, multipliant ainsi leurs capacités. Il est aujourd’hui difficile de dire jusqu’où iront ces objets reliés à Internet.

Toutefois, il ne faut pas penser que la communication M2M n’est plus d’actualité. Elle représente aujourd’hui une part énorme des technologies utilisées dans la téléphonie et l’automobile.

L’IoT : un nouveau succès d’Internet

Qu’est-ce que l’IoT ? Exemples concrets

Si le concept d’Internet of Things vous paraît flou, voire incompréhensible, voici quelques explications simples.

La définition technique de l’IoT vous apprendra qu’il s’agit d’une infrastructure mondiale permettant d’accéder à des services évolués en connectant des objets. Il est aujourd’hui difficile de donner une définition exhaustive puisque l’IoT a des dimensions techniques et conceptuelles évoluant dans le temps.

Pour expliciter cette définition en termes simples, prenons le cas classique d’un smartphone et d’un morceau de musique. Si nous avons accès à n’importe quelle musique partout dans le monde sans l’avoir stockée nous-même dans notre téléphone, c’est parce que le smartphone est connecté à Internet. Cette connexion lui permet, une fois la demande faite par l’utilisateur, d’aller chercher une chanson stockée dans un serveur n’importe où dans le monde. C’est ce qu’apporte l’IoT : l’abolition des frontières et de ses propres limites. Les objets et les machines peuvent désormais se connecter à Internet pour échanger des données entre eux.

Quid des objets de l’Internet ?

Si l’Internet of Things connaît aujourd’hui un succès si grand, c’est certainement grâce à sa capacité d’intégrer tout type “d’objets” dans son système. Ces “choses” connectées à Internet et entre elles peuvent être n’importe quel être vivant. Tout est connectable, de vous-même à une lampe, en passant par un chien ou un siège de cockpit d’avion.

L’intérêt pour des développeurs et ingénieurs dans l’IoT est de pouvoir travailler sur n'importe quelle problématique. Aujourd’hui, les objets connectés sont de plus en plus présents. Leurs applications sur des sujets variés sont nombreuses. On en trouve dans les arrêts de bus des Smart Cities pour détecter les mouvements, ou encore sur les athlètes, dans le cadre des Special Olympics d’Abu Dhabi en mars 2019, pour les suivre en cas de problème.

En bref, l’IoT a aboli les limites inhérentes à la nature d’un objet, qu’il soit inanimé ou vivant. Tout peut se connecter et ainsi devenir intelligent.

Les catégories d’objets connectés

Les objets connectés fonctionnent de différentes manières, mais il existe 3 principaux types d’objets dans l’IoT :
• Ceux qui stockent l’information
• Ceux qui envoient une information ou une donnée
• Ceux qui font les deux

Pour expliquer clairement les différences entre ces types d’objets de l’IoT, nous allons utiliser des exemples parlants. Prenons une situation d’un détectant les mouvements d’animaux dans un enclos agricole.

• Cas de stockage : le capteur capte une certaine quantité de données qui sont accessible grâce à un logiciel de récupération qui les mettra ensuite à disposition de l’agriculteur.

• Cas d’envoi de données : le capteur déclenche une alarme dès qu’il détecte un mouvement suspect de la part des animaux et le signal est transmis à l’exploitant agricole via un logiciel.

• Dans le dernier cas, l’objet réunit ces deux fonctionnalités. Il peut ainsi stocker et transmettre les données utiles pour l’exploitant tout en combinant des systèmes d’alarmes. C’est ce que propose l’application Ubiwan.

Ces exemples sont loin d'être exhaustifs ou techniques mais on y retrouve une logique commune à l’IoT. Les différents types d’objets n’apportent pas les mêmes avantages et opportunités. Il est nécessaire de se renseigner pour comprendre les particularités des multiples facettes de l’IoT.

L’IoT, un marché en progression constante

Le marché de L’IoT, une mine d’or

Le marché de l’IoT est en croissance continue. Lancé il y a moins de 15 ans, il devrait atteindre les 250 milliards d’euros d’ici 2020. Globalement, les différentes parts du marché se divisent ainsi :
• 60 Mds € - Services
• 60 Mds € - Applications
• 50 Mds € - Objets connectés (capteurs, micro-contrôleurs, processeurs, etc.)
• 25 Mds € - Communication
• 20 Mds € - Analytiques
• 20 Mds € - Sécurité et identité
• 15 Mds € - Cloud et plateformes

On estime aujourd’hui à 100 milliards le nombre d’objets connectés au réseau dans le monde. Le smartphone a évidemment une place importante dans ce chiffre mais d’autres types d’objets s’affirment de plus en plus. D’ici 2025 nous devrions compter plus de 150 milliards d’objets connectés dans le monde. Les dernières études annoncent que 127 nouveaux objets sont connectés à Internet toutes les secondes.

Applications de l’IoT dans le secteur professionnel

Comme évoqué précédemment, l’IoT doit son succès fulgurant à son utilisation personnelle comme professionnelle. C’est sa capacité à s’adapter à tout type de milieu ou d’activité qui lui vaut d’être plébiscité. Les objets connectés sont partout. Aujourd’hui, l’IoT est employé dans la majorité des secteurs professionnels : la santé, l’environnement, les transports, l’agriculture, la logistique, l’automobile ou encore le marketing.

Les objets connectés sont donc très largement employés dans des secteurs variés. Voici quelques exemples de leurs utilisations quotidiennes :
Gestion automatisée des stocks
Automatisation des productions
• Stockage
Surveillance à distance de patients
• Compteurs intelligents
• Trackers d’activité
• Cartes connectées
Gestion de flotte
• Service client

Cette liste ne fait qu’effleurer les nombreuses possibilités offertes par les objets connectés. Parmi leurs nombreuses applications à différents secteurs professionnels, celui de l’industrie s’impose comme un leader. Un nom est même né de cette association : l’Industrial Internet of Things, raccourci sous l'acronyme “IIoT”. Ces technologies ont permis aux industriels d’équiper tous les maillons de la supply chain. Les machines et entrepôts sont dotés de capteurs. Tous les outils permettent de monitorer constamment et ainsi d'améliorer la productivité de tous les acteurs.

Des objets connectés en attente de l’approbation collective

Bien que le succès soit définitivement au rendez-vous, le sujet peut soulever des réserves. Si l’IoT promet de se développer davantage dans les années à venir, pour beaucoup, il s’agit d’un sujet délicat. Entre la peur d’être surveillé via une application ou encore les changements rapides, l’IoT souffre parfois d’une mauvaise presse.

C’est particulièrement le cas pour les entreprises. Si elles y voient l’intérêt de les utiliser, devoir changer leur fonctionnement reste compliqué. Les habitudes ont la dent dure. Certaines entreprises déclarent bien vouloir utiliser des objets connectés à conditions qu’ils soient compatibles avec leurs logiciels. Un des défis que devront affronter les acteurs de l’Internet of Things est donc de convaincre les plus sceptiques de sa sécurité. La protection des données est en effet au cœur des débats concernant Internet. Heureusement aujourd’hui, de nombreuses solutions fiables et sûres sont disponibles et n’attendent que vous.

Partagez cet article :

D’autres articles dans la même catégorie

logo-ubiwan

31 janvier 2019

Lumière sur Ubiwan®

En 2019, DMIC décide de s’exprimer au travers de sa marque Ubiwan, qui existe déjà depuis quelques années. A l’origine conçue pour désigner l’offre de...

Lire la suite
ubispot_OBD

6 mai 2019

La prise OBD facilite l’entretien des véhicules

Avec la présence de plus en plus marquée de systèmes électroniques, voire informatiques, dans nos véhicules, votre garagiste doit être en mesure d’en...

Lire la suite

11 juin 2019

Ubiwan se met au vert avec La Suze FC

Ce vendredi 7 juin 2019, Ubiwan a enfilé ses plus beaux crampons pour aller transpirer sur le terrain de La Suze Football Club, dans une petite commune du Pays de La Loire !

Lire la suite

25 juin 2019

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur LoRa

LoRa c’est tout simplement l’acronyme de « Long Range », autrement dit longue portée. C’est une technologie et ...

Lire la suite

29 juillet 2019

Perspective(s) d'évolutions

Si vous avez raté la nouvelle, Ubiwan a déménagé au mois de mai ! C’est l’occasion de vous en révéler un peu plus sur nos nouveaux locaux. Situés dans un bâtiment innovant...

Lire la suite

1er octobre 2019

DMIC devient officiellement Ubiwan

Un peu plus de 6 mois après son repositionnement de marque, Ubiwan prend officiellement le relai de DMIC en tant que nom de société...

Lire la suite

6 novembre 2019

Du M2M à l'IoT : l’évolution technologique des objets connectés

Avez-vous déjà entendu parler de l’Internet of Things, IoT pour les connaisseurs ? Considéré comme le Web 3.0 et l’avenir d’Internet et de la technologie, il ne cesse de faire parler de lui. En vogue, il bénéficie...

Lire la suite